Feuille dominicale du 15 au 22 avril 2018 - publié le 14 avril 2018 - page 3

INFORMER– PRIER – PARTAGER

Repas partagé : Merci à tous ceux qui étaient avec nous  dimanche dernier. Nous avons partagé un moment sympathique de convivialité. C'est beau et bien d'être ensemble et de fraterniser.


Denier de l'Eglise:
Depuis le dimanche des rameaux, c'est reparti pour la nouvelle campagne du denier de culte. Comme son nom l'indique, Denier du culte, c'est une contribution annuelle au montant de la convenance de tout chrétiens pour les besoins de la mission de L'Eglise. Avons-nous le droit de nous soustraire de l'élan communautaire? N'est-ce pas notre façon d'être les pieds, les yeux, les bras, la bouche du christ pour notre temps? Quelle est ma réponse aujourd’hui face à l'appel (et / ou au rappel) de l'Eglise comme une mère qui s'adresse à ses filles et fils en vue du bien de tous?


Pâque et Pâques, les deux mots désignent-ils la même chose?
Pâque (au singulier) est une fête juive tandis que Pâques (au pluriel) est une fête chrétienne. Pâque (pessah en hébreu) a été d’abord une fête pastorale (chaque famille juive sacrifiait un agneau dont le sang était mis sur la porte de la tente ou de la cabane et le but de ce rite était de protéger la maisonnée contre les mauvais esprits), puis une fête de moisson (la fête du pain sans levain ou pain azyme). C’est plus tard que l’on commença à commémorer l'exode ou la sortie de l’Égypte des Pharaons.
Pâques (le mot est forgé au 16e siècle), tout en rappelant ce passage des Hébreux de l’esclavage à la liberté, célèbre le passage de Jésus de la mort à la vie mais Jésus ne revient pas à la vie comme Lazare car le frère de Marthe et Marie mourra une seconde fois alors que le Christ est vivant pour toujours; il ne meurt plus. Et non seulement, la mort n’a plus de pouvoir sur lui mais elle est définitivement vaincue par sa mort. C’est pourquoi la résurrection de Jésus est aussi considérée comme “la mort de la mort”. Comme dit saint Paul, la mort a été vaincue, engloutie pour toujours par la vie (1 Cor 15, 54). Et c’est cela la bonne nouvelle pour les chrétiens. Pourquoi une bonne nouvelle? Parce que, longtemps, la mort a été vue par l’homme comme la fin de tout. De ce fait, elle inspirait peur et angoisse. Avec la résurrection de Christ, la mort n’est plus la fin de tout mais passage: passage de la vie terrestre à la vie en Dieu ou vie éternelle. Et la vie éternelle est la vie où “Dieu sera avec les hommes, habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu” (Ac.21, 3-5).


II/ Des gens étaient-ils présents quand Jésus sortait du tombeau?
Non, personne n’a assisté à la résurrection de Jésus; personne ne l’a vu en train de ressusciter. Par contre, le Ressuscité est apparu à Marie de Magdala (l’apôtre des apôtres car elle sera envoyée par Christ pour annoncer à Pierre et à ses compagnons qu’Il est sorti du tombeau et qu’Il les précède en Galilée), aux apôtres sans et avec Thomas, aux deux disciples qui se rendaient à Emmaüs.

Informations supplémentaires