Feuille dominicale du 25 mars au 01 avril 2018 - publié le 22 mars 2018

Feuille paroissiale n°13-2018
du Dimanche 25 mars 2018 au Dimanche 1 avril 2018
Hosanna O fils de David !N"

Cliquer ici pour imprimer la feuille dans son format original:

SECTEUR PAROISSIAL SAINT JEAN (AVIGNON)
PAROISSES: ND de LOURDES, ND de la PAIX,
St JEAN BAPTISTE (en reconstruction)

Contact: 1 Bd. ND de France 84000 AVIGNON   Tél: 04 86 34 56 83
Père Paul : 07.51.94.26.23 mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Diacre Jean Gabriel Fally : 06.11.44.08.59 mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Vicaire Marcel Bieffo :07 52 95 36 26 mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet : www.secteurparoissialstjean.com

" Allez, je vous envoie, de toutes les nations faites des disciples...apprenez-leur à garder mes commandements et moi Je suis avec vous tous les jours ......" (Mt 28,18-20)


Feuille paroissiale n°13-2018
du Dimanche 25 mars 2018 au Dimanche 1 avril 2018
Hosanna O fils de David !

La formule Hosanna, empruntée à l'histoire ancienne du peuple d’Israël (et encore d'actualité pour tout descendant de ce peuple aujourd’hui), a été attribuée à Jésus, Fils de David. Disciples de ce Descendant  de David, nous, chrétiens, héritons et prenons cette apostrophe à notre compte : Hosonna, O fils de David. C'est la double reconnaissance du roi-messie venant dans le monde pour secourir l'homme en danger afin de l'introduire dans l'éternité glorieuse de Yahvé. En effet,  "hoshya nah" est l'appel suppliant  d'une personne en danger  : "De grâce, sauve-moi !" ou bien "S'il te plaît, viens à mon secours !".

C'est donc à la fois, une interpellation et une apostrophe. Le Jehosua venant du sein de Yahvé est apostrophé : Jehosua hoshya nah ou bien hoshya nah Jehosua qui se traduit plus simplement : Jésus, sauve-nous. En français, on parlerait d'un pléonasme : Celui qui sauve, sauve-nous. Mais tout l’intérêt du roi-messie est là, dans son double rôle de celui qui vole au secours de la misère de son peuple, qui le protège et qui, pour le bonheur  de celui-ci, accepte lui, le roi-messie, d'être la victime du sacrifice du salut. 
Notre monde n'est-il pas à la croisée de tous les chemins? Devant toutes formes de propositions de tout messie se proclamant libérateur (argent et ses acolytes, pouvoir et domination, libertinage, liberté laïciste tranchée et radicale, gourous de toutes tailles et formes...), nous avons de réels motifs pour crier "Hosanna, O fils de David.   
Avec l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem,  la ville du roi et  de la paix, nous ne faisons pas un souvenir d'un événement passé et périodique, nous célébrons là,  le mystère de notre foi : "Christ est venu, Christ est né, Christ a souffert, Christ est mort, Christ est ressuscité, Christ est vivant, Christ reviendra, Christ est là".

Bon dimanche des rameaux, merveilleuse semaine Sainte et belle montée vers Pâques.


                                                                                                               Père Paul

Informations supplémentaires