Feuille dominicale du 09 avril au 16 avril 2017 - publie le 08 avril 2017

  • Imprimer

Feuille paroissiale n° 15-2017
du Dimanche 9 avril 2017 au Dimanche 16 avril 2017
Dimanche des Rameaux et Semaine Sainte

 

Cliquer ici pour imprimer la feuille dans son format original:

(attention Père Paul a voulu réaliser un livret avec cette feuille paroissiale - elle est donc prévue pour être imprimée sur 2 feuilles A4 en recto verso - plier ensuite les deux feuilles pour faire le livret - bonne lecture)

 

SECTEUR PAROISSIAL SAINT JEAN (AVIGNON)
PAROISSES: ND de LOURDES, ND de la PAIX,
St JEAN BAPTISTE (en reconstruction)


Contact: 1 Bd. ND de France 84000 AVIGNON   Tél: 04 86 34 56 83
Père Paul : 07.51.94.26.23   E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Diacre Jean Gabriel Fally : 06.11.44.08.59   E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet : www.secteurparoissialstjean.com


Du Pape François (lors de l’accueil du Pape par les jeunes) : « … Vous les jeunes, vous êtes la joie et l’espérance de l’Eglise et du monde. Mais j’ai mal de voir des jeunes qui à peine la vingtaine d’âge sont déjà à la retraite. Quelle espérance voulez-vous communiquer au monde si vous-mêmes êtes morts ? »


Archidiocèse d’Avignon - Secteur Interparoissial Saint Jean
Petit carnet de poche pour la Semaine Sainte et le Jour de la Résurrection

Feuille paroissiale n° 15-2017
du Dimanche 9 avril 2017 au Dimanche 16 avril 2017
Dimanche des Rameaux et Semaine Sainte

La Semaine Sainte est le cœur de la liturgie de l’Eglise et de notre foi. C’est la semaine la plus importante de l’année liturgique de sorte que, manquer à ces différents rendements – sans raisons importantes -, c’est briser à la fois l’harmonie de l’élan commun avec toute la communauté chrétienne qui vit et exprime sa foi, mais, c’est aussi volontairement déséquilibrer la sérénité personnelle intérieure. En vue de faire bénéficier à toutes et à tous les différents aspects de cette Semaine Sainte, dernier virage et le clou de ce temps de carême, nous avons voulu faire ce petit carnet de poche pour vous.

Puissiez-vous trouver dans ces quelques éléments l’essentiel de ce qu’il vous faut pour vivre avec toute l’Eglise le mystère de la Mort et de la Résurrection du Christ.
 
Le présent carnet de poche s’articulera autour de trois éléments importants : Le dimanche des rameaux, le triduum pascal et le dimanche de la Résurrection.  Belle montée vers Pâques !

Bonne Semaine Sainte à toutes et à tous !          Père Paul


DIMANCHE DES RAMEAUX
Evangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Matthieu (XXI 1-11).
Quelques jours avant la fête de la Pâque, Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent à Bethphagé[1], sur les pentes du mont des Oliviers[2]. Alors Jésus envoya deux disciples : « Allez au village qui est en face de vous[3] ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et un petit âne avec elle. Détachez-la et amenez-les-moi. Et si l'on vous dit quelque chose, vous répondrez : le Seigneur en a besoin mais il les renverra aussitôt. » Cela s'est passé pour accomplir la parole transmise par le prophète : « Dites à la fille de Sion : voici ton roi qui vient vers toi, humble, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d'une bête de somme[4]. »

Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné[5]. Ils amenèrent l'ânesse[6] et son petit âne, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s'assit dessus[7]. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin[8] ; d'autres coupaient des branches aux arbres[9] et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient[10] criaient : « Hosanna[11] au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » Comme Jésus entrait à Jérusalem[12], l'agitation gagna toute la ville[13] ; on se demandait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C'est le prophète Jésus de Nazareth en Galilée. »

Textes de la passion :
Le nom le plus usuel de ce dimanche qui ouvre la Semaine Sainte est le dimanche des rameaux, que par erreur ou abus de langage l’on appelle fête des rameaux. En réalité, la liturgie catholique ne fête pas des rameaux mais bien par anticipation la passion du Christ ce dimanche-là. C’est pour cela que, dans les documents liturgiques, il est écrit précisément en référence à ce dimanche et c’est ce qui convient le mieux: Dimanche des rameaux et de la Passion du Christ. Il est mieux de dire Dimanche des rameaux si l’on trouve que la vraie indication est trop longue au lieu de dire « fête des rameaux »
Six jours avant la fête de la Pâque juive, nous nous rappelons et nous réactualisons l’événement qui s’est produit à Jérusalem et qui, depuis 2000 ans a bouleversé l’Histoire des hommes. Ce n’est pas un simple souvenir d’un
aap3 - événement passé et lointain que nous célébrons mais la réalité et la vérité de notre foi pour notre temps. Avec des branches de palmier, de buis, d’olivier, de laurier, etc., à travers les processions dans les quartiers et les villes du monde entier, les chrétiens expriment de façon solennelle et vibrante leur foi en Jésus, leur Roi. Un roi dont les attributs royaux se résument en une bête de somme – âne -  comme siège ou trône et des rameaux. Un roi qui s’humilie jusqu’à mourir. Parfaite réalisation de ce qu’il a dit avant : Il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de mourir pour ceux qu’on aime (Jn 15,13). Comme il y a 2000 ans à Jérusalem, aujourd’hui encore nous entrons avec Jésus notre Roi dans la ville c’est-à-dire notre monde pour qu’il y meure afin de sauver l’humanité.   
Avec le dimanche des rameaux commence déjà la joie de Pâques en tristesse, passion et gloire.


Le TRIDUUM PASCAL
Il s’agit des trois jours que sont le Jeudi Saint, le Vendredi Saint et le Samedi Saint, chacun de ces jours ayant  sa particularité.


Le Jeudi Saint : Deux moments importants (La Messe Chrismale et la Sainte Cène)


La Messe Chrismale 
Dans le mot « Chrismale » apparait l’idée d’onction – oui d’huile,  de la même famille que christ, c’est-à-dire oint, mis à part, consacré. Il s’agit bien de consécration. Dans l’ancien Israël, le choix d’un roi ou d’une personnalité importante était ratifiée par l’onction d’huile sur la tête, généralement de l’huile d’olive. C’est le signe la consécration de cette personne à Dieu pour une mission précise… Aussi, ce jour, dans toutes les cathédrales du monde (la cathèdre étant le siège de l’Evêque) ou en autre lieu convenant, autour de l’évêque diocésain se rassembleront tout le presbyterium c’est-à-dire l’ensemble des prêtres exerçant dans cette Eglise locale appelée aussi Eglise particulière, mais aussi devront être présents les fidèles laïcs afin que soit visible l’unité de l’Eglise diocésaine.   Au cours de ce rassemblement eucharistique, l’évêque bénira l’huile des catéchumènes et l’huile des malades puis il consacrera le Saint Chrême. Ces différentes huiles servent pour des fonctions distinctes dont uniquement les Clercs (évêque, prêtre et diacre) peuvent se servir pour remplir des missions propres. Tous les prêtres présents à cette cérémonie renouvellent leurs promesses sacerdotales. En effet, le Jeudi Saint rappelle l’institution de l’Eucharistie dont ils sont les ministres particuliers.

La Sainte Cène et le Lavement des pieds 
La liturgie prévoit que le jour baissant ou à un autre moment convenable, la communauté ecclésiale se rassemble pour célébrer le Jeudi Saint, veille de la mort de Jésus. Après la Parole de Dieu et son explication, sont mis en exergue le lavement des pieds et la Sainte Eucharistie. Les deux vont ensemble et permettent de mieux comprendre le don de la vie de Jésus pour le salut du monde. Jésus s’offre déjà : « ma vie, c’est moi qui la donne… » Ce don est gratuit et libre et nous entraîne à notre tour au don et au dépouillement de nous-mêmes, par l’abaissement jusqu’au niveau des pieds de celui à qui l’on donne et pour qui l’on se donne. Laver les pieds, au-delà du geste il y a tout le symbole de l’humilité et de l’abaissement d’une part et, d’autre part de la reconnaissance de celui à qui on lave les pieds comme étant le maître. En effet, c’est l’esclave qui lave les pieds de son maître. Jésus, en lavant les pieds de ses disciples nous montre le chemin qui conduit à la gloire. Sommes-nous disponibles pour faire de même ?   Pour y arriver, Il nous donne les moyens : son corps et son sang, nourriture et boisson uniques qui conduisent au rendez-vous de l’amour. Prenez et mangez ;  Prenez et buvez ! Deux parties sont mises en scène : Une qui donne et qui se donne et l’autre qui prend. On peut dire avec assurance que Dieu qui se donne veut être de l’homme à qui il se donne.


LE VENDREDI SAINT
Le vendredi Saint, jour de jeûne, jour de la mort du Christ. Dans l’Histoire des religions, seul meurt le Dieu des chrétiens : scandale pour les juifs, folie pour les païens (1 Co 1, 23)
L’humilité par le lavement des pieds des disciples du Jeudi Saint fait place à l’humiliation de la croix, objet de torture et de mort. Mais pour nous, désormais, le bois maudit devient le saint gibet qui hisse sur le toit du monde Celui que la folie des hommes a voulu réduire au silence.
Ce jour, les chrétiens se réunissent pour s’unir aux nouvelles souffrances du Christ que sont toutes les misères de notre monde. C’est aujourd’hui encore que les chaînes et le plomb détachent la chair de Jésus de son corps lorsque des hommes de notre temps subissent torture, atrocités, ignominie…
Le rassemblement de ce jour est marqué par la lecture de la passion, de la grande prière universelle et de la vénération de la croix. C’est un moment important qui nous permet de comprendre jusqu’où peut aller la méchanceté de l’homme, mais aussi de comprendre jusqu’où l’amour de Dieu rend caduques et désuètes les horreurs qui se dégagent du cœur des humains. En cela, Saint Paul est plus précis : là où le péché a abondé, la grâce a surabondé. Qui donc est ce Dieu pour nous aimer ainsi ? Qui donc est ce Dieu qui, pour sauver l’homme, se supprime lui-même. Aussi le vendredi de la mort du Christ même s’il garde tout son sens funeste, la croix prend un autre sens, elle devient la croix du salut et de la vie.


LE SAMEDI SAINT
Dernier des trois jours du Triduum pascal, le Samedi Saint, c’est déjà la Pâques. Au cours du rassemblement communautaire, plusieurs éléments seront mis en relief à travers LA LUMIERE (le feu nouveau ou feu pascal et le Cierge Pascal). Le samedi Saint, c’est le symbole de la lumière qui chasse les ténèbres. Les textes qui seront lus,  montreront ce passage des ténèbres à la Lumière ; le passage de la mort à la vie ; le passage de l’esclavage et de la servitude à la libération ; le passage de la désobéissance à l’obéissance... Tout n’est que création dans cette liturgie de la LUMIERE :
L’Histoire des Origines humaines avec la création du premier homme, Adam, qui a désobéit…
L’Histoire de Noé avec le Déluge, une autre création
L’Histoire du sacrifice d’Abraham, l’alliance avec Dieu et l’Homme de foi
La Sortie de l’Egypte par la traversée  de la mer rouge : délivrance du peuple et sa purification afin de commencer une nouvelle vie d’un peuple libre pour aimer et servir
La Création définitive du nouvel Israël, l’Eglise,  par le sang versé du Fils de Dieu-lui-même, Jésus, le Nouvel Adam  afin de rendre inutile la désobéissance du premier Adam. L’exode, ou la sortie, est vu par Israël comme l’événement des événements qui créée et établit Israël comme peuple aimé de Dieu plus que tous les peuples, une fierté de génération en génération. C’est l’évènement fondateur du Peuple d’Israël.


LE DIMANCHE DE PAQUES / JOUR DE LA RESURRECTION
C’est le plus beau jour de l’année liturgique et le plus important. En effet, comme pour l’ancien Israël,  la sortie de l’Egypte était l’événement fondateur, pour l’Eglise, nouvel Israël, nouveau peuple de Dieu, l’événement fondateur est la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le Christ, notre Pâques, a été immolé pour nous obtenir la vie de Dieu qui n’a pas de fin. La mort a été engloutie par la vie, ô mort où est donc ta victoire ?
Tout le fondement de la vie chrétienne, c’est la Pâques de Notre Seigneur.

Infos
Ce dimanche des Rameaux, l’archidiocèse d’Avignon fait le lancement officiel du denier de l’Eglise. Merci à tous les chrétiens qui en donnant et en exprimant leur générosité, aident ainsi l’Eglise diocésaine à faire face à ses charges notamment pour la vie des prêtres exerçant dans le diocèse.

Repas partagé : Aujourd’hui dimanche des rameaux, repas partagé à 12h15


PROGRAMME DE LA SEMAINE

Confessions sur Rdvs
Semaine Sainte, Adoration Eucharistique:
NDL - Notre Dame de Lourdes : tous les matins de 7h00 à 8h30
NDP - Notre Dame de la Paix :  le vendredi de 17h30 à 18h00
SJB - Saint Jean Baptiste : pas de Messe Chapelle en reconstruction

Dimanche 9 avril 2017: Dimanche des Rameaux
10h30 NDL Messe
12h15 Repas partagé

Lundi 10 avril 2017: Saint Fulbert
08h30 NDL Messe
Mardi 11 avril 2017: Saint Stanislas
9h30 - 11h30 // 15h - 17 confessions uniquement à NDPaix ce jour
18h00 NDP Messe

Mercredi 12 avril 2017: Saint Jules
08h30 NDL Messe
9h30 - 11h30 // 15h-17h confessions (Uniquement à NDL ce jour)

Jeudi 13 avril 2017: Jeudi Saint
18h30 NDL Messe
Adoration eucharistique : de 20h à 24 de la façon suivante :
>> 20h10 - 21h 25 : Tous les fidèles de Notre Dame de la PAIX

21h30 - 22h 40 : Tous les fidèles de Notre Dame de Lourdes
>> + 22h45 - 24h      : Tous les membres des deux conseils (pastoral et économique)

Vendredi 14 avril 2017: Vendredi Saint
15h00 NDP chemin de croix suivi de la vénération de la croix
20h00 chemin de croix en ville avec animation d'une station par notre secteur paroissial.

Samedi 15 avril 2017: Vigile Pascale
20h00 NDL Veillée pascale avec baptême d'adultes,  rassemblement pour le feu pascal suivi de la veillée
Dimanche 16 avril 2017: Jour de la Résurrection
10h30 NDL Messe