Feuille dominicale du 26 mars au 02 avril 2017 - publié le 25 mars 2017 - page 4

Même les croyants courent ce risque, certain et permanent. Beaucoup y succombent et se transforment en personnes vexées, mécontentes, sans vie. Ce n’est pas le choix d’une vie digne et pleine, ce n’est pas le désir de Dieu pour nous, ce n’est pas la vie dans l’Esprit qui jaillit du cœur du Christ ressuscité. J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par Lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un puisse penser que cette invitation n’est pas pour lui, parce que « personne n’est exclus de la joie que nous apporte le Seigneur »
(Pape François, Evangelii Gaudium nn 1,2 et 3)

Repas partagé du mois d’avril  : Initialement prévu le 02 pour le mois d’avril, le repas partagé aura lieu plutôt le dimanche des rameaux, c’est-à-dire le Dimanche 09 avril. En nous donnant rendez-vous pour ce moment de convivialité, nous nous excusons surtout auprès de chacun de vous pour ce changement et pour tout désagrément que nous regrettons forcément. Sûr que votre indulgence et votre sens de la famille paroissiale seront une fois de plus exprimés, nous vous remercions de bien accepter nos excuses  .

Sacrement des malades
Nous sommes disposés à donner le sacrement des malades (comme les autres sacrements qui restent aussi importants, relevant de notre autorité) à celles et ceux – malades -  qui le souhaitent, seuls ou en groupe, en privé ou officiellement pendant la Messe ou en dehors. Nous pensons à tous nos frères et sœurs malades en les assurant de notre prière et de notre assistance.

Les confessions de Pâques : La fête de Pâques approche et c’est heureux pour chacun de nous. Cette joie nous la voulons entière et pleine. C’est pour cela que, parmi les multiples dispositions à prendre, il faut que nous pensions aussi au SACREMENT DE CONFESSION OU DE PENITENCE OU DE PARDON OU DE RECONCILIATION. Le triste constat est que la confession fait de moins en moins partie des bonnes habitudes des chrétiens, prêts aujourd’hui à justifier leurs péchés et à se satisfaire de toutes situations irrégulières au nom d’un Dieu qui excuse tout, comprend tout et pardonne tout. Or, la confession est un acte d’humilité pour recevoir de Dieu les grâces qui nous permettent la sainteté. Les enfants et les jeunes ont un désintérêt profond du sacrement mais sont toujours aptes à communier à toutes les eucharisties sans une remise en cause. Même si le Christ est venu chercher les malades et les pécheurs, il est aussi important avant tout que l’on se reconnaisse malade et pécheur pour obtenir la guérison que Dieu accorde à ceux dont le cœur est brisé c’est-à-dire ceux qui veulent Dieu.

Informations supplémentaires