Aleteia - L’extraordinaire expérience d’un prêtre dans un confessionnal - publié le 24 novembre 2016

"Père...j'ai tué". (extrait)

(...) L’avortement pèse également énormément dans la vie d’une femme. Certaines femmes qui viennent  au confessionnal au bout de nombreuses années n’arrivent pas à se débarrasser de ce poids. Quand elles ont avorté dans leur jeunesse, ces femmes me disent : « Père, je ne savais pas ce que je faisais. Maintenant je me rends compte que j’ai tué mon enfant« . Au fil des ans, elles ont eu d’autres enfants, voient leur beauté, les voient grandir à leurs côtés et pensent à celui qu’elles n’ont pas voulu. Cela est très dur, surtout quand il y a eu plusieurs avortements. Je me souviens d’une femme qui en avait commis six. Et une autre, cinq.
(...) Parfois, et cela me fait plaisir, des jeunes viennent et disent : « Père, aujourd’hui, je veux confesser une chose que je n’ai jamais eu le courage de dire. J’ai eu l’occasion, mais je n’ai pas dit ». Je les encourage: « Prenez tout le temps qu’il  faudra. Je ne suis pas pressé. Mais videz votre sac, confessez-vous, laissez dans les mains de Dieu tout le poids qui vous écrase ! Videz ce bagage devant Lui et vous allez voir comme vous sortirez soulagés de ce confessionnal ». Et c’est ce qui arrive. (extrait)

Cliquer ici pour lire l'article:

Informations supplémentaires