Prologue

Un jour, il me fut demandé d’écrire un article sur la fête de Pâques.



C’était le résultat d’une discussion amicale où je faisais part de mon regret pour le manque d’enthousiasme de nous autres latins, pour la célébration de la résurrection, en comparaison au rite byzantin ou orthodoxe. Pâques est le rocher de notre Foi.

Je n’avais jamais écrit d’articles, mais j’acceptais tout de même.

A l’époque, je me rendais dans un centre de soins palliatifs. J’étais face aux problèmes de la maladie et de la mort. Je constatais que les médicaments glissés dans les perfusions pour éviter la souffrance et l’angoisse, mettaient les patients dans un état d’impassibilité. Je pensais souvent à ma mère qui avait « vécu sa mort ».

Je pris également conscience que parler de la Résurrection nécessitait d’en comprendre le pourquoi.

Dieu se ferait homme sur notre planète et il nous révélerait le véritable sens de la Vie qu’Il nous avait transmise. De la Vie où la souffrance et la mort seraient vaincues. Dieu n’avait pas hésité à envoyer son Fils, conscient que le mal le mettrait à mort. Mais Lui, Dieu, le ressusciterait. C’était là son secret qui ne serait révélé que par la Résurrection.

Dieu veut la Vie et non la mort.

Un autre jour, un catéchiste me déclara : « L’incarnation, la rédemption, mais, pauvre François, nos jeunes ne savent plus ce que cela signifie ! » Je décidais alors de m’inspirer des questions que me posaient certains de mes petits enfants pour rédiger de courts billets intitulés « Dis-moi, Grand Papa ». Ce sont ces billets que je livre ici. Peut-être pourront-ils aider des grands-parents à répondre à leur tour, à leurs petits enfants, aux questions qu’ils leur posent ………

........................................................................................François Guez

 

Informations supplémentaires