Feuille dominicale du 22 janvier au 29 janvier 2017 - publié le 21 janvier 2017 - page 3

INFORMER– PRIER – PARTAGER

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Chaque année, du 18 au 25 janvier, la communauté chrétienne organise la semaine de l’unité des chrétiens, la nouvelle appellation étant «Semaine de prière commune pour l’unité des chrétiens ».

A la suite des grandes déchirures dans l’Eglise (1054 séparation d’avec l’Eglise orthodoxe) puis la rupture d’avec Martin Luther, tête de file du luthérianisme (31 octobre 1517 : publication des 95 thèses ou vérités de Luther qui aboutirent à la bulle Exsurge Domine du Pape Léon X (1520), l’Eglise va connaître plusieurs autres « départs» : les Anglicans, les Calvinistes…et les Grands courants protestants, desquels naitront toutes les communautés évangéliques d’aujourd’hui. Déjà, au début de l’Eglise, les signes étaient là. On note, pour ne citer que ceux-là,  Arius (256 – 336) prêtre d’Alexandrie, niait la divinité de Jésus (Jésus étant subordonné au Père…)  et, Nestorius (386-451), Evêque ou patriarche de Constantinople, deuxième capitale de l’empire romain, pour qui en Jésus-Christ co-existe deux personnes l’une divine et l’autre humaine. Tout cela est bien sûr contraire à la foi que nous proclamons dans le crédo : … Jésus est Dieu, né de Dieu, engendré non pas créé de même nature que le Père, il prit chair de la Vierge Marie…

La Sainte Robe  ou Sainte Tunique sans couture  de Jn 19,23 qui ne déchira pas, symbole de l’Eglise telle que voulue par le Christ, Lui qui la voulait  comme épouse, sainte et irréprochable, va subir les caprices des hommes suivant les époques et l’espace à travers heurts et malheurs. Toutefois, une prise de conscience pour parler le même langage va naître,  c’est le point de départ ou l’origine de l’œcuménisme surtout vers la fin du 19e siècle et davantage au début du 20e.  Entre peur, méfiance et suspicion, petit à petit, avec l’aide de l’Esprit Saint, de petits pas vont s’engager les uns vers les autres. Aujourd’hui, même si beaucoup  reste à faire, même s’il y a plusieurs autres marches à gravir vers les sommets, on peut être heureux qu’il y ait beaucoup de joie à vivre ensemble, à regarder dans la même direction car nos différences ne sauraient nous briser bien au contraire.  En effet selon la belle expression de Valentin Strappazzon : « Il y a aussi de l’or dans les branches d’un arbre aurifère ». Tous, les uns que les autres dans nos différentes communautés de foi, nous sommes importants et utiles pour cette unité.
 
La semaine de prière commune pour l’unité des chrétiens est pour chacun de nous une réelle prise de conscience que nous ne sommes pas seuls et que partant, nous sommes appelés à rassembler en faisant de nos enrichissantes diversités, les meilleurs moyens de l’Eglise arc-en-ciel aux couleurs de toutes les cultures, langues et nations. Si nous nous laissons conduire et guider par toutes idées de « meilleure » Eglise par rapport aux autres, nous continuerons de dire point de salut hors de l’Eglise. Et alors ce serait dommage !  

Informations supplémentaires